Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal

Continuité des tâches de recrutement : au service des locataires et du patrimoine

Actualités

Continuité des tâches de recrutement : au service des locataires et du patrimoine

​La continuité de l’activité voulue par Paris Habitat concerne l’ensemble de ses directions. L’impératif tient en peu : malgré la crise sanitaire et en dépit de la situation exceptionnelle, l’établissement doit continuer à assurer ses services. Ceux qui concernent directement ses locataires et son patrimoine mais aussi ceux, moins visibles, qui contribuent malgré tout au bon fonctionnement de l’Office. C’est le cas de la direction des ressources humaines et plus particulièrement de sa partie recrutement. Rencontre avec Estelle Boiteux, responsable du recrutement et mobilité et Aude Zafour, gestionnaire administrative du personnel à Paris Habitat.

Une politique de recrutement maintenue

 « Nous avons en effet poursuivi notre activité » nous explique Estelle Boiteux. « Le recrutement en externe ou en interne a été maintenu, tout comme la visibilité de nos annonces. Actuellement, nous avons 39 offres à l'externe affichées sur notre site carrière et nous travaillons actuellement sur 48 recrutements en interne. » Des dossiers en cours ont également été menés à termes. A l'image du poste de référent relation clientèle créé dans le cadre de la réforme de la proximité, dont « l'annonce a été publiée en février et qui a donné lieu à un processus de recrutement pendant le confinement. »


De nouveaux usages adoptés

Pour cela, Estelle Boiteux a du néanmoins adapter ses usages et ses méthodes. « Nous avons beaucoup dématérialisé, la gestion des candidatures par exemple. Quant aux entretiens, nous les avons menés par téléphone et en visio. C'est quelque chose que nous avions déjà fait pendant la période des grèves par exemple, étant là aussi en télétravail » prévient-elle. Ces évolutions ne sont pas sans la satisfaire, augurant d'une évolution sans doute décisive. « L'obligation d'imprimer moins, de mieux utiliser l'ensemble de nos outils informatiques, en somme d'informatiser nos pratiques, m'a conduit à une prise de conscience de l'efficacité d'agir ainsi » concède-t-elle.


Une dématérialisation qui fait son chemin

Aude Zafour ne contredirait en rien cette vision. Gestionnaire administrative du personnel, A.Zafour a plus particulièrement la charge des missions administratives liées aux gardiens. « J’ai été d’abord soucieuse du traitement des dossiers restés au bureau. D’autant que nous gérons les informations personnelles des gardiens mais je me suis adaptée et j’ai découvert des fonctionnalités de mes outils numériques que je n’exploitais pas jusque-là. »


Gestion administrative de l'embauche des gardiens poursuivie

A.Zafour s'occupe en effet des « contrats d'embauche, des mutations, des secteurs de gardiennage, des logements de fonction des gardiens ou des retraites ». Sa mission pendant le confinement a évolué sur certains pans, « les déménagements des gardiens ayant été stoppés » par exemple. Toutefois, A.Zafour a néanmoins contribué au maintien de l'activité de l'établissement en continuant à assumer la gestion administrative des embauches des nouveaux gardiens. « Nous avons eu des départs à la retraite. Il nous a fallu les pallier, soit par des embauches en cdi de gardiens jusque-là en cdd, soit par le biais d'une modification de secteurs occasionnant alors des avenants aux contrats de travail » détaille-t-elle.


Bienveillance

Cette période aura aussi éveillé de nouvelles dynamiques relationnelles entre les collaborateurs de Paris Habitat, bienveillantes le plus souvent. A.Zafour comme E.Boiteux témoignent toutes deux du besoin ressenti pendant cette période de « se parler ». « Mes conversations au téléphone durent plus longtemps qu'à l'accoutumée. Certains gérants ou chefs d'agence ont besoin de se confier » confie A.Zafour. E.Boiteux explique quant à elle « avoir prêté une attention particulière aux questions des collaborateurs et servi de relai, parfois, entre services pour mieux satisfaire une demande qui me parvenait ».