Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal

Prix du public des « victoires du paysage » : votez pour le jardin du 38-40 rue de la Chapelle (18e)

Actualités

Prix du public des « victoires du paysage » : votez pour le jardin du 38-40 rue de la Chapelle (18e)

​​Au-delà du porche, à l’ombre de la résidence située au 38-40 rue de la Chapelle (18e), c’est un espace de verdure, silencieux, qui se dévoile. C’est ce jardin que Paris Habitat, par l’intermédiaire de son service des espaces verts, a soumis au choix du jury « Victoires du Paysage » pour cette nouvelle édition.

jardin-40-chapelle-paris-habitat-cabane

67 dossiers sur les 84 reçus de toute la France ont été retenus par le jury technique pour la seconde phase du concours comprenant notamment des visites de terrain. Le jury se réunira en octobre pour établir le palmarès final 2020, dévoilé en décembre.

Le jardin de la rue de la Chapelle figure parmi les dossiers retenus.

Pourtant dans l’attente de ces résultats, une autre distinction, « le prix du public » va également être décernée. Ce prix est ouvert aux votes, de tous, le 7 septembre 2020 et jusqu’au 16 octobre 2020 via le lien suivant : https://www.lesvictoiresdupaysage.com/prix-du-public-2020/.

Vous pouvez en effet choisir et soutenir votre aménagement préféré figurant parmi les nominés 2020.

Le jardin proposé aux votes par Paris Habitat s’inscrit dans le cadre de la réhabilitation de la résidence, composée de 38 logements, ainsi que de la création d’un bâtiment en cœur d’îlot. Conservé, en tant qu’espace protégé de 600m², le jardin est situé au fond de la parcelle. Paris Habitat a alors décidé de redonner vie à cet espace retrouvé à l’état de friche au démarrage du chantier.

Les enjeux relevaient du désir de respecter le jardin existant, de le reconfigurer en améliorant son accessibilité et son insertion dans le bâti. Soit de conserver et valoriser un coin de verdure pour les habitants au cœur d’un quartier urbain très dense mais aux atouts multiples. L’écosystème végétal et animal est de ceux-là. Il offre en effet une riche palette végétale, arbres fruitiers et arbres fleuris notamment. Bénéficiant d’une grande vigne vierge, ce jardin est également un espace d’accueil d’oiseaux. Enfin, les eaux pluviales sont intégralement collectées dans une cuve par l’intermédiaire de la nouvelle toiture afin de limiter la consommation d’eau et de favoriser une réutilisation pour le potager.

En somme, un véritable témoignage, vivant, d’une époque où La Chapelle et Montmartre n’étaient pas encore rattachés à Paris (1860) et où maraichers et jardins étaient nombreux.